SavoirSocial propose des mesures concrètes en matière d’encouragement précoce. Il s'agit de garantir à terme que les personnes et groupes impliqués satisfassent aux exigences professionnelles requises.

L’étude du Bureau Bass (2018) a analysé le besoin de qualification des personnes spécialisées et accompagnantes qui travaillent dans l'encouragement précoce. Elle met en évidence l’existence de lacunes de compétences dans le champ professionnel de l’encouragement précoce en ce qui concerne l’orientation pédagogique, le développement de la langue, la collaboration avec les parents, en ce qui concerne les compétences personnelles et professionnelles ainsi qu’en ce qui concerne le rapport à la diversité et l’intégration. Elle présente six approches, pour différents acteurs qui, combinées et associées à d’autres activités, peuvent contribuer à réduire les lacunes de compétences mentionnées.

En référence à cette étude, SavoirSocial prévoit des mesures dans les domaines pertinents pour l’organisation faîtière suisse du monde du travail du domaine social et pour la formation professionnelle : étudier de nouvelles offres de formation qui devraient s'adresser en particulier aux personnes accompagnantes des domaines de travail d'accès facile (familles de jour, groupes de jeux, nounous), renforcer la maturité professionnelle; former et embaucher davantage d’éducateurs·trices de l’enfance ES.

pro enfance salue la démarche et les conclusions qui participent à la professionnalisation du domaine de l'accueil de l'enfance et plus largement de l'enfance et de la collaboration avec les parents.

Lire le communiqué de SavoirSocial, 10.12.2019

Accéder à l'étude Besoin de qualification dans l’encouragement précoce et l’encouragement de la langue, BASS, 23.05.2018 (résumé en pages XXII, milieu de document).