Cette page présente des aspects de gouvernance sur le plan communal, cantonal et fédéral, aussi bien en termes d'identité de l'accueil de l'enfance que de projets pilotes. Quelles visions et stratégies mises en place ? Quelles bases légales ? Quels modes de suventionnement ? Quelles articultations entre les offres ?

Située dans la périphérie de Genève, la Ville de Meyrin propose une offre d’accueil petite enfance municipalisée. Elle innove aussi constamment en mettant en place des prestations qui répondent à l’évolution des trajectoires familiales, tout en centrant son action sur les besoins des enfants.

Les accueillant·e·s en milieu familial sont généralement rattaché·e·s, du moins en Suisse romande, à une structure de coordination. Un exemple de gouvernance alliant accueil en milieu collectif et formation continue est pratiqué en ville de Lausanne.

Dans le domaine de la petite enfance, le Jura se distingue par un mode d’organisation favorisant la reconnaissance d’une mission commune à tous les types d’offres.

L’Etat de Vaud publie depuis 2010 des statistiques concernant l’accueil de jour des enfants en lien avec l'accueil en institutions de la petite enfance, l'accueil parascolaire et l’accueil familial de jour. Les données se réfèrent aux structures d'accueil subventionnées.

 

 

L’accueil collectif peut jouer un rôle non négligeable dans la prévention de la pauvreté. La Ville de Neuchâtel a mis en place une convention pour assurer que les enfants de familles défavorisées ont accès aux structures, sans prétériter ceux dont les parents travaillent.

Un enfant présentant des besoins particuliers (retard de développement, handicap, trouble du comportement ou de la communication) peut obtenir des prestations de pédagogie spécialisée avant le début de sa scolarité, par le biais d’un service éducatif itinérant (SEI).

Fondée en 1998, l’Association pour l’éducation familiale a joué ces dernières années un rôle charnière pour faire se rencontrer les acteurs de l’enfance du canton dans un esprit d’entraide autour de préoccupations communes. Elle a permis par exemple de rapprocher les personnes qui interviennent dans les structures d’accueil pré- et parascolaire et les enseignants, ce qui aurait été difficile sans son intervention.

Le Service de la cohésion multiculturelle (COSM) du Canton de Neuchâtel dispose d’un fonds pour financer des projets visant la promotion de la diversité dans les structures d’accueil, alimenté par la subvention fédérale versée au titre du Programme d’intégration cantonal (PIC). Un appel à projets est lancé chaque année, assortis d’une liste d’objectifs répartis en deux catégories, « soutien à la parentalité » et « égalité des chances ».