A l'initiative de l'Union syndicale suisse (USS), pro enfance s’est associée à une large coalition de 37 organisations de salarié·e·s, de femmes, des droits de l’enfant, des familles et de retraité·e·s, des partis politiques et d’autres groupes d’intérêt. Elle demande à la Confédération et aux cantons de développer rapidement un plan d’action tourné vers l’avenir pour l’accueil de jour des enfants dans la sortie de la crise provoquée par la lutte contre le coronavirus.

L'appel pour l'accueil des enfants du 28 avril 2020 intitulé « Mesures de lutte contre la pandémie : renforcer l’accueil des enfants pour réussir la sortie » postule trois revendications :

La première demande de distinguer travail et garde des enfants, ce qui implique une réglementation des critères uniformes au niveau national et le droit aux indemnités pertes de gains pour les parents qui doivent travailler à la maison.

La deuxième postule l'importance d'une offre de places d'accueil suffisante, qui requière une protection sérieuse de la santé pour les enfants, le personnel et les parents.

La troisième aborde le maintien et le développement de l'offre d'accueil de jour des enfants. En ce sens, un soutien de la Confédération pour compléter les aides cantonales serait un premier pas. Toutefois, un soutien aux structures et à l’extension de l’offre s’impose aussi comme partie intégrante d’un programme conjoncturel de reprise.

Pour lancer cet appel, une conférence de presse s'est déroulée le 28 avril sous la direction de l'USS. Pro Familia, Business and Professional Women et pro enfance se sont exprimés à cette occasion.

Télécharger l'appel du 28 avril 2020

Accéder à l'ensemble de la communication coordonnée par l'USS

Suivi

Lire la lettre adressée au Conseil fédéral - 15.05.2020

Retours médiatiques