La pandémie COVID-19 touche aussi l'accueil de l'enfance. Afin de mettre en lumière les implications sur ce secteur d'activité, pro enfance met à disposition de premières observations. La synthèse découle d'échanges téléphoniques entretenus le 24 mars 2020 avec une dizaine d'acteurs et d'actrices de la Suisse romande. Cet article est actualisé en fonction des informations transmises à pro enfance ou au gré des disponibilités de l'association. Il aborde également la transition vers la réouverture de l'offre d'accueil.

Précisions concernant la synthèse de pro enfance du 24 mars 2020

  • Les réseaux d'accueil ont dû annoncer à l'Etat de Vaud quelles étaient les structures qui restaient ouvertes. Cela dit, il aurait fallu préciser dans le document de synthèse que, moyennant les directives cantonales, la coordination de l'offre d'urgence reste entre les mains des communes. Aussi, les parents professionnellement mobilisés qui ont besoin d'une garde d'urgence doivent contacter l'instance concernée en fonction de l'âge de leur(s) enfant(s) ou de leur lieu de domicile. Voir le site Internet de l'Etat de Vaud.

Télécharger la synthèse de pro enfance au 24 mars 2020

Informations complémentaires recencées après le 24 mars, y compris en lien avec la levée de la fermeture de l'offre d'accueil

Indemnités en cas de réduction de l'horaire de travail (RHT)

  • Le Conseil fédéral a pris le 25 mars de nouvelles dispositions concernant la RHT. Le site Internet de travail.swiss apporte de nombreuses réponses en la matière. Le droit à l'indemnité en cas de RHT est par exemple étendu aux personnes qui occupent un emploi temporaire, un poste d'apprenti·e ou qui sont au service d'une organisation de travail temporaire. Il est aussi étendu aux personnes considérées comme vulnérables, qui souffrent en particulier des maladies suivantes : hypertension artérielle, diabète, maladies cardio-vasculaires, maladies chroniques des voies respiratoires, cancer et faiblesse immunitaire due à une maladie.