Le programme 2021de pro enfance est disponible. Les objectifs visent à favoriser les transferts de savoirs entre les différents acteurs du champ afin de développer le secteur de l’accueil de l’enfance et d’en améliorer l’efficience ; encourager le développement, l’échange et la coopération au-delà des barrières linguistiques ; appuyer l’expertise du domaine de l’accueil de l’enfance et assurer une veille de l’information.

Avec la crise Covid, de maintes instances politiques ont souligné l’importance systémique de l’accueil de l’enfance pour la société et l’économie de notre pays. Pourtant, les incohérences auxquelles est confronté le secteur se renforcent et se révèlent davantage confuses en cette période difficile. Les enfants ne sont pas les seuls à en souffrir. Cependant, les effets néfastes peuvent être davantage durables et mettre en danger leur santé psychique.

La vie des éducateurs et des éducatrices en crèche est mise à rude épreuve. Des cadres opérant sur le canton de Genève demandent aux autorités un assouplissement des mesures Covid pour le bien-être des enfants.

Le Conseil fédéral publie son rapport « Politique de la petite enfance. État des lieux et possibilités de développement au niveau fédéral » (03.02.2021), en réponse à un postulat de la Commission de la science, de l'éducation et de la culture du Conseil national (12 04.2019), et d'un postulat Grugger (21.03.2019). Le rapport s'avère pertinent en matière d'argumentation, mais sans prétention stratégique.

« Accueil parascolaire à Lausanne : chronique d'une politique publique. Une cartographie de la ville par les enfants » (Jean-Claude Seiler, Direction de l'enfance, de la jeunesse et des quartiers de la Ville de Lausanne, décembre 2020) rend visible l’évolution et la complexité des missions des APEMS (accueil en milieu scolaire) et surtout, la place centrale des enfants et la nécessité impérative de leur laisser la place.

apems_Lausanne.png

Capture_décran_2021-01-29_à_11.40.46.pngLa créativité, tout le monde en parle. Cela n’a rien d’étonnant, car c’est une compétence clé qui nous ouvre les portes de l’avenir. La petite brochure illustrée « La créativité dès le plus jeune âge » (Lapurla, 2021) suggère des pistes pour la vivre au quotidien avec les tout-petits. Elle s'adresses aux parents, et à celles et ceux qui aiment passer du temps avec les jeunes enfants (format A5, 20 pages).

LFocpe.pnga Focpe (Formation continue pour la petite enfance) propose une journée d'étude genevoise sur le thème « Explorer, découvrir, imaginer... créer ! Comment l'enfant et l'adulte deviennent CRE-ACTEURS de leur univers ». Notamment avec la participation d'Alexandre Jollien et de pro enfance qui présentera l'initiative nationale « Lapurla, les enfants explorent », laquelle s'inspire de la publication « Eveil esthétique et participation culturelle dès le plus jeune âge » (Kraus, Ferretti, 2019).

Il ne s’agit pas juste de jouer avec les enfants. Les compétences professionnelles des éducateur·trice·s font appel à l’éthique et au travail de care dans ses dimensions tant pratique que collective. Une étude menée dans le cadre de l'Université de Lausanne leur donne la parole.

Quentin Nussbaumer, philosophe praticien, signe l'article Attention au care (PhiloCité, 2019). Il explore et défend les éthiques du care qui permettent de voir d'une manière nouvelle la question du prendre soin. Dans une perspective sociétale globale, il met à nu une répartition des tâches (genrée et racisée) problématique. L'article vise un dépassement de l'horizon actuel pour prendre en compte la complexité et la diversité des êtres vivants, ainsi que leur vulnérabilité fondamentale et constitutive.