Permettant d’alimenter la réflexion et sous réserve des conclusions de l'étude, pro enfance soutient le postulat Renforcer l'encouragement précoce déposé par la conseillère nationale Barbara Schmid-Federer. Celui-ci demande au Conseil fédéral de soumettre un rapport sur l'état actuel de l'encouragement précoce en Suisse et de présenter des propositions pour améliorer la situation.

 

Dans son argumentaire Mme Schmid-Federer évoque divers avantages des mesures d'encouragement précoce : allègement de l'action sociale de l'Etat, diminution de soutien scolaire, formation de spécialistes, meilleure conciliation entre vie familiale et professionnelle.

L’absence d’un modèle d'encouragement uniforme pour la Suisse est également avancée.

Le Conseil fédéral reconnaît l’importance de l’encouragement précoce en tant qu’instrument de promotion de l’égalité des chances entre tous les enfants. Il considère néanmoins que cette compétence relève de la compétence exclusive des cantons et des communes. Aussi, il propose de rejeter ce postulat.