La conciliation entre activité professionnelle et vie de famille et aide et soutien à des proches est difficile en Suisse. Les conditions-cadre permettant l’articulation entre activité professionnelle et vie privée ne sont pas réunies. Pour le Comité de Travail.Suisse, un plan d’action ambitieux de 5 milliards de francs en faveur la conciliation est nécessaire - en sus des 2.2 millards déjà investis à ce jour.

Si rien n’est entrepris au niveau de la Confédération, la conciliation sera toujours plus difficile. Les conséquences de ces tensions se mesurent déjà en termes de stress vécu par les travailleurs et les travailleuses mis sous pressioni, des coûts de la santé qui en découlent, d’absentéisme et de maladies (burnout), mais aussi en perte de productivité pour l’économie.

Le plan d’action proposé, à la charge des pouvoirs publics, vise notamment à couvrir la création de places d’accueil pour les enfants en âge pré-scolaire et scolaire, des mesures ciblées en faveur des groupes à risque, un congé paternité de 4 semaines, un congé de longue durée pour tous les proches aidants.

Concernant l’encouragement à la création de structures d’accueil des enfants et d’écoles à horaires continus, 200 millions de francs sur 10 ans sont exigés en plus des nouvelles aides financières (2018-2023)

Lire la résolution de Travail.Suisse - 22.11.2018