La Conseillère nationale Valérie Piller Carrad a déposé un postulat demandant d'investir autrement dans les structures d'accueil de l'enfance. En cas d'acceptation du Parlement, le Conseil fédéral est chargé d'analyser les conséquences en terme économique et social de la gratuité des crèches, pour les familles dont les deux conjoints travaillent.

Le Grand Conseil du canton de Genève demande une politique fédérale de l'accueil extrafamilial pour enfants. A cet effet, une initiative cantonale fédérale a été transmise à Berne le 3 mars 2020.

La Ville de Vernier annonce des changements pour répondre au plus près aux attentes de la population et aux enjeux de gouvernance. Ainsi, depuis le 1er janvier 2020, le service de la petite enfance évolue vers une nouvelle organisation en gérant les prestations pour les enfants de 0 à 8 ans et leurs parents. Il est désormais intitulé « service de l’enfance » et a pour mission de développer des projets diversifiés pour cette tranche d’âge, de favoriser les questions de transition avec les écoles et de collaborer avec les instances actives dans le milieu scolaire.

vignette2019 F pngSur la base du message national «  Les enfants dessinent l’avenir, plus d’investissements pour l’encouragement et l’accueil dès la naissance  », pro enfance a planifié une campagne de sensibilisation en Suisse romande et organisé une Journée d'action suisse à Lausanne le 16 novembre 2019. Celle-ci constitue une première étape clé visant à terme à introduire un nouvel article constitutionnel traduisant des objectifs communs.

Selon les observations de l'Office fédéral des statistiques (OFS) portant sur l'année 2018, la majeure partie de la garde des enfants de 0 à 12 ans est assurée par les grands-parents ainsi que par les crèches et structures d’accueil parascolaire. Chacun de ces deux modes de garde est utilisé pour un tiers de ces enfants. Dans les grandes villes, 81% des familles recourent à l’accueil extrafamilial, contre 66% dans les régions rurales. Le degré de satisfaction des parents quant aux modes de garde utilisés est élevé, mais tous les besoins ne sont pas couverts.

Les élu·e·s de tous bords de la capitale vaudoise ont plébiscité le 19 mai 2020 l'idée de fixer un objectif à 100% pour la couverture des besoins d'accueil de jour des enfants. La Ville de Lausanne pourrait ainsi présager d'une couverture de l'ensemble des attentes de la population.

pro enfance a marqué en 2019 son engagement sous l'angle de la campagne « Les enfants dessinent l'avenir, plus d'investissements pour l'encouragement et l'accueil des enfants ». La traduction en français de la publication «  Éveil esthétique et participation culturelle dès le plus jeune âge  » (Kraus/Ferretti, 2019) a également permis de rattacher la Suisse romande au projet national « Lapurla, les enfants explorent ». In fine, l'Association a multiplié ses efforts pour alimenter son état des lieux de l'accueil de l'enfance et favoriser la compréhension entre les acteurs du champ.

Dans le cadre de la session extraordinaire du Parlement qui s'est déroulée en mai 2020, Katharina Prelicz-Huber, présidente nationale du SSP et conseillère nationale verte, a déposé une initiative parlementaire (20.413) visant à établir un ancrage et un financement durable de l’accueil de l’enfance. Le texte de cette initiative demande que le domaine institutionnel soit ancré dans la Constitution fédérale et soit traité comme une tâche d’instruction publique, à l’instar de l’école.

L’accueil et l’éducation de la petite enfance en Suisse doivent être développés. Ces activités sont toutefois de la compétence des cantons et des communes. Lors de sa séance du 13 mai 2020, le Conseil fédéral s’est néanmoins prononcé contre l’initiative parlementaire « Égalité des chances dès la naissance ».