D’ici à 2024, les domaines d’activité du social incluant l'accompagnement d’enfants nécessiteront d’engager environ 45'000 à 59'000 employés qualifiés en plus. C’est ce qui ressort de l’étude « Demande de personnel qualifié et besoin de formation dans le champ du travail social : Un aperçu des différentes professions sociales et domaines d'activités » de SAVOIRSOCIAL.

Le Sommet national de l’initiative Personnel qualifié suisse a eu lieu le 12 septembre 2016 à Berne. Sous la houlette du président de la Confédération Johann N. Schneider-Ammann, des représentants de la Confédération, des cantons et des partenaires sociaux se sont entretenus de divers thèmes, et plus particulièrement de la conciliation des vies professionnelle et familiale. Sous cet angle, la question de l'accueil de l'enfance a été abordée par les partenaires sociaux. Par contre, les besoins des enfants ne semblent pas être une préoccupation.

Suite à une demande parlementaire, les prescriptions applicables lors de l’ouverture d’une structure d’accueil de l’enfance ont été examinées afin de déterminer si des exigences inutiles pouvaient freiner, voire empêcher la création de nouvelles places. Le Conseil fédéral vient de publier ses conclusions. Il estime que les conditions en vigueur sont appropriées et ne constituent pas des obstacles superflus. Dès lors, il n’y a pas lieu de modifier le droit en vigueur au niveau fédéral.

pro enfance a lancé son état des lieux romand de l'accueil de l'enfance dans le canton de Neuchâtel. A cet effet, une dizaine d'acteurs se sont réunis le 26 mai 2016. Quelles sont les bonnes pratiques relevées par les participant-e-s pour répondre aux missions de l'accueil de l'enfance ? Quels sont les enjeux, les obstacles et les pistes possibles ?

Suite à différents échanges entre le Réseau d'accueil extrafamilial et pro enfance, une troisième édition du Cadre d'orientation de l'accueil de l'enfance reprend, sans les modifier, les trois parties qui constituent le cœur de l'ouvrage (principes fondamentaux, lignes directrices et actions pédagogiques).

Suite à une consultation auprès des organismes intéressés, à laquelle pro enfance a participé, le Conseil fédéral prend des mesures pour réduire les frais des parents qui travaillent et doivent assumer la prise en charge de leurs enfants par des tiers. Pour ce faire, une demande de crédit d’un montant maximal de 100 millions de francs sur cinq ans a été soumise au Parlement.

 

Le rapport d’activité pour la première année d’existence de pro enfance est désormais disponible. Celui-ci inclut également les perspectives à venir.