Les Bureaux d'intégration des cantons de Genève, Vaud et Valais, avec le soutien du Secrétariat d'Etat aux migrations ont organisé à Renens le 31 janvier 2018 le forum Ouvert romand petite enfance "Co-éducation au-delà des mots". L'intention était de faire émerger des propositions innovantes pour les familles migrantes allophones.

La Conférence latine de promotion et de protection de la jeunesse (CLPPJ) a mandaté un groupe de travail technique en vue de présenter des recommandations communes en matière d'exigences de qualité au sein des structures collectives du domaine de l'accueil de l'enfance.

La loi sur l’encouragement de l’enfance et de la jeunesse (LEEJ), qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2013, doit permettre de renforcer le potentiel d’intégration et de prévention des mesures du travail extrascolaire et d’étendre le soutien accordé aux formes novatrices de l’animation socio-culturelle destinées aux enfants et aux jeunes.

La RTS traite dans son 19h30 des solutions innovantes pour aider les parents à garder leurs enfants. Elle présente quelques pistes pour répondre aux besoins de fexibilité des parents et des fonds octroyés à cet effet par la Confédération. La nécessité de doter la Suisse d'une politique publique de l'accueil de l'enfance ne fait toutefois pas l'actualité.

Des espaces de travail sont à louer dans les locaux qu'occupe pro enfance à Lausanne. Bonne situation à deux pas de la gare et du centre-ville. Idéal pour associations ou personnes indépendantes, travaillant par exemple dans le domaine de l'enfance.  

Informations

pro enfance propose un premier recensement de la documentation disponible dans le domaine de l’accueil parascolaire. Celui-ci regroupe des documents relatifs à la Suisse romande, à l’ensemble du pays ainsi que sur le plan international. Ce recensement n’a pas la prétention d’être exhaustif, il est à envisager comme une base de données de la documentation existant en français. - 25.01.2018

pro enfance salue le fait que la Confédération participe de plus en plus activement au financement de l’accueil de l’enfance et qu'elle pose ainsi les jalons d’une politique de l’enfance au niveau national. L'Association regrette toutefois que le périmètre des nouvelles aides soit restreint au projet visant la conciliation des temps professionnel et privé et que les communes ne soient pas considérées comme des interlocuteurs directs dans les cas où les cantons sont peu actifs dans cette politique publique.

Télécharger la prise de position de pro enfance - 17 janvier 2018