Cette article recense quelques actions transmises à pro enfance, en lien avec la grève des femmes du 14 juin 2019 et qui concernent plus spécifiquement le secteur de l'enfance. Certaines structures d'accueil proposent de sensibiliser les parents ce jour-là, de s'habiller en violet et de travailler les stéréotypes de genre avec les enfants car il s'agit de rester disponible afin de soutenir les familles. D'autres feront grève afin de faire entendre leurs revendications.

Genève - accueil de la petite enfance

Le personnel de certaines structures d'accueil de la petite enfance se mettent en grève le 14 juin 2019, dans le canton de Genève. Parce que les discriminations perdurent. Parce que les métiers dits « féminins » comme ceux de la petite enfance sont dévalorisés. Parce que la répartition des tâches reste déséquilibrée.

Le personnel des structures d’accueil de la petite enfance est toujours composé essentiellement de femmes travaillant à temps partiel. Les moyens mis à disposition des institutions sont insuffisants, ce qui a des conséquences importantes sur les conditions de travail et de salaire. Faute de places de formation en suffisance et en qualité, la pénurie d’éducateurs et d'éducatrices de l’enfance impacte négativement la qualité de leur travail et de leur santé. Le personnel souffre d’un manque de reconnaissance de la valeur de son travail et de son rôle sociétal essentiel, qui permet pourtant aux parents d’aller travailler.

Voir le cahier de renvendication du secteur de la petite enfance et le courrier adressé aux parents, diffusés dans le canton de Genève.

Jura - accueil familial de jour

Les crèches à domicile de Delémont et des Franches-Montagnes (CAD) soutiennent la grève, notamment en regard du manque de reconnaissance dont sont encore trop souvent victimes les accueillantes en milieu familial. Il est évident que le rôle des accueillantes en milieu familiale (AMF) n’est pas encore reconnu à sa juste valeur dans notre société, notamment et aussi parce que ce sont des femmes qui exercent majoritairement dans ce secteur de l’accueil extrafamilial. Pourtant, ce sont plus de 550 familles qui réussisent à concilier activités professionnelles et organisation familiale grâce au travail de ces AMF.

Un courrier a été adressé aux collaboratrices les informant que celles qui le souhaitent pourront participer à la manifestation du 14 juin qui se tiendra à Delémont et seront liberées de leur obligation de travailler dès 14h00. Les AMF étant payées à l’heure, une participation à cette manifestation implique une perte de salaire que les responsables de l’institution ont décidé de combler par un dédomagement symbolique prelevé sur les revenus propres de l’association (cotisation des membres). CAD ont également fait parvenir un courrier à l’ensemble des parents les informant de la démarche entreprise.

Lire le communiqué de presse